Face à l’indéniable succès qu’il connait depuis plusieurs années, le parquet flottant s’impose désormais comme un sérieux concurrent au parquet massif. Outre son coût très attractif, ce revêtement de sol est également très facile à poser. Grâce à ses multiples atouts, il séduit de plus en plus de personnes et est désormais présent dans près de 50 % de foyers en France. Si vous êtes à la recherche d’un revêtement de sol design et disponible à un prix abordable, alors le parquet flottant pourrait bien être ce dont vous avez besoin. Pour tout savoir sur ce parquet, consultez simplement cet article.

Description du parquet flottant

Le parquet flottant est un revêtement de sol qui fait en réalité référence à un type de pose que l’on appelle communément la pose flottante.

À la différence du parquet massif, un parquet est dit flottant lorsqu’il est destiné à être installé sans clouage ou collage sur un matériau préexistant.

Les différentes lames du parquet flottant seront donc reliées les unes aux autres à partir d’un système d’emboitage. Ce dernier ne nécessite aucune expertise particulière ni aucun outillage au préalable. De façon schématique, le parquet « en pose flottante » est constitué de plusieurs couches qui sont collées entre elles. Ces différentes couches sont :

  • Une couche d’usure (que l’on appelle également couche de parement) décorative ou en bois noble ;
  • Une couche intermédiaire ;
  • Une couche de contreparement en résineux.

De manière globale, on retiendra que le parquet flottant est moins épais qu’un parquet massif. Cette épaisseur varie en général entre 10 et 15 mm.

Quelques avantages du parquet flottant

L’un des principaux avantages du parquet flottant demeure son prix très abordable. Par rapport au parquet massif, ce type de revêtement de sol est beaucoup plus avantageux lorsqu’on tient uniquement compte du prix. En dehors de ce dernier, on pourra également évoquer sa grande facilité d’installation. À la fois rapide et simple, elle consiste simplement à assembler entre elles les lames de bois sans les fixer. Le parquet flottant est d’autre part prévu pour tous types de sols. Il pourra par exemple s’agir d’un béton collé ou clipsé, de lino ou encore d’un ancien parquet stratifié. Contrairement à un parquet clouté, ce revêtement de sol est également mieux insonorisé. Ses lames étant en outre déjà prétraitées, vous n’aurez pas besoin de le revernir ou de le cirer régulièrement.

Le parquet flottant présente-t-il uniquement des atouts ?

Vous vous en doutez certainement, ce revêtement, à l’instar de tous les autres disponibles sur le marché, présente aussi quelques inconvénients, notamment au niveau de l’installation. En ce qui concerne l’aménagement, le parquet flottant trouve beaucoup mieux sa place dans un salon ou dans une chambre, plutôt qu’au sein d’une cuisine. De même, le ponçage de ce revêtement ne peut être effectué qu’en fonction de l’épaisseur de son bois. S’il est par exemple question d’un matériau plutôt mince, alors l’opération sera vraisemblablement limitée. Pour une efficace prévention des taches et des rayures, l’idéal serait de porter votre choix sur des parquets huilés plutôt que sur ceux vernis. Les faibles performances acoustiques du parquet flottant peuvent également être un véritable inconvénient. Il est toutefois possible d’y remédier. Pour cela, il faudra simplement penser à aménager en sous-couche un matériau isolant.

Principaux critères de choix d’un parquet flottant

Lorsque vous voulez choisir votre parquet flottant, vous devez dans un premier temps prendre en compte le lieu où il sera posé. Dans certaines pièces de votre maison, il serait en effet plus judicieux d’utiliser une meilleure qualité de bois à cause de la grande fréquence de passage. Le sol aura notamment tendance à supporter un important nombre d’impacts dans des pièces comme le séjour où il y a beaucoup de passages. On pourra à ce niveau évoquer les roulettes d’une valise ou le déplacement de certains meubles.

Votre parquet flottant devra pour cela être en mesure de résister de manière efficace au cisaillement, à l’abrasion et à la pression. Il faudra pour cette raison opter pour un bois de qualité, ce qui implique alors un coût plus élevé. Pour les pièces moins fréquentées, on pourra néanmoins choisir un revêtement de sol d’une qualité moindre et donc moins cher. Cependant, pour que ce type de parquet puisse être parfaitement posé, il faudra que ladite installation soit effectuée sur un sol à la fois rigide et plat.

Le type de bois utilisé pour la conception des lames du parquet flottant est lui aussi un élément important à prendre en compte lors du choix. Vous retrouverez en effet sur le marché de nombreuses propositions, et chacune d’elles présente des caractéristiques bien distinctes. Par exemple, le chêne sera plus résistant que l’érable qui a du mal à résister à l’humidité. Il jaunit également très vite au fil du temps. Il est dans tous les cas vivement conseillé de ne pas faire une impasse sur la vitrification, au risque d’exposer le parquet flottant aux projections d’eau qui auront alors un véritable impact sur son éclat et sa beauté. Une excellente vitrification contribuera en plus à une remise en état plus aisée du revêtement en cas de taches, d’impacts ou de rayures.

Quelles sont donc les essences de bois disponibles ?

Durant le choix d’un parquet flottant, il faut aussi porter une attention particulière à l’essence de bois (type de bois) utilisée pour sa conception. L’expression essence indigène désigne dans un premier temps des bois qui sont issus des forêts européennes et que l’on appelle encore essence classique. Parmi ces essences, on trouve principalement le hêtre, le châtaignier et le chêne. On y trouve aussi l’acacia qui est un bois dur, compact et élastique. L’expression « essence exotique » correspond quant à elle aux bois qui proviennent des forêts humides d’Afrique, d’Amérique du Sud, des forêts tropicales d’Amérique du Nord ou encore d’Asie. Ces essences sont particulièrement résistantes, et elles sont disponibles dans des teintes variées, ce qui leur confère une certaine qualité. Il faudra également préciser que ces essences exotiques sont généralement très prisées. Elles demeurent toutefois plus couteuses que les diverses autres essences traditionnelles.

La pose du parquet flottant

Avant de penser à la pose de ce revêtement de sol, il est primordial de le choisir d’abord avec le plus grand soin. Pour un choix adapté, l’idéal est d’opter pour un parquet qui, par sa couleur et sa taille, convient à votre intérieur. Il devra également être conforme au budget dont vous disposez. Une fois que vous aurez effectué le choix qui s’impose, vous devrez passer à l’acquisition du matériel indispensable à la pose, préparer le sol sur lequel sera installé le parquet flottant et passer enfin à la pose proprement dite du parquet.

Le matériel indispensable à la pose du parquet flottant

Outre le parquet flottant qui est bien évidemment indispensable, vous aurez besoin d’une sous-couche résiliente. Obligatoire sous un parquet flottant, cette dernière est disponible en plusieurs modèles. Toutes les sous-couches disponibles sur le marché n’étant pas compatibles avec la pose flottante, il est conseillé de bien consulter les fiches techniques afin de s’assurer que le modèle choisi convient à la pose que l’on veut effectuer. On évitera ainsi d’importantes déperditions de chaleur. Lorsqu’elle est posée sous un parquet flottant, une sous-couche résiliente peut en fonction de sa composition permettre de limiter efficacement les éventuelles remontées d’humidité qui proviennent du support. La sous-couche peut également contribuer à l’amélioration de l’acoustique de la pièce.

Précisons toutefois qu’une sous couche n’a pas vocation à effectuer la correction des irrégularités que comporte un support. Ce dernier devra donc toujours être stable, plan et sec avant la pose. Voici les sous-couches parmi lesquelles vous pourrez effectuer votre choix si vous souhaitez poser un parquet flottant :

  • Duofol : fabriqué sans plastifiant et sans CFC, ce produit est entièrement recyclable ;
  • HD 2 F Latex : il est question ici d’un mélange de latex et de minéraux qui favorise l’isolation acoustique et phonique ;
  • Isofibre : cette sous-couche naturelle est conçue à base de fibres de bois et elle est un isolant thermique et phonique.

Outre la sous-couche, il faudra également penser à vous procurer de la colle mastic et du ruban adhésif avant le début de vos travaux d’installation du parquet flottant. Assurez-vous également que vous avez à votre disposition tous les outils nécessaires. Dans votre caisse à outils, on devra retrouver les outils ci-après :

  • Des cales de dilatation de 8 mm ;
  • Une équerre ;
  • Une cale de frappe ;
  • Un tire-lame ;
  • Un marteau ;
  • Une perceuse ;
  • Un pistolet extrudeur ;
  • Une scie sauteuse.

Vous disposez de tous ces éléments ? Alors, il est temps de passer à la préparation du sol !

La préparation du sol avant la mise en place du parquet flottant

Dans un pur souci d’esthétique, il est recommandé de poser les lames de votre parquet dans le sens de la longueur de votre pièce. Pour commencer, vous devez retirer les plinthes afin de procéder à la vérification du sol d’origine. Le sol en question devra être bien plan et saint. Notons qu’il est possible de poser du parquet flottant sur du PVC ou du carrelage. En ce qui concerne la moquette, il est préférable de l’enlever d’abord afin de nettoyer sa surface. Cela fait, il faudra la laisser sécher. Dégondez par la suite les portes et procédez au découpage des pieds de chambranle. Cela fait, vous pourrez alors mettre en place la sous-couche résiliente que vous auriez choisie. Dans le cas où vous remarqueriez la présence d’une humidité ambiante, n’hésitez pas à poser au préalable un film de polyane. La préparation du sol étant désormais effectuée, la pose proprement dite du parquet flottant pourra enfin commencer.

Les étapes à suivre pour une pose réussie

Pour la mise en place d’un parquet flottant, il faut d’abord commencer par poser tout au long des murs de petites cales. Une fois que cette opération est terminée, vous pourrez alors placer les différentes lames de votre parquet afin de mieux compenser l’effet de dilatation. La dernière lame de chacune des rangées ne devra toutefois jamais avoir une longueur inférieure à 40 centimètres. De même, toutes les lames devront être emboitées les unes dans les autres. Sachez également que pour une pose réussie, les lames devront être décalées d’une rangée à l’autre. Vous pouvez pour cela utiliser la chute de la 1ere rangée pour le début de la rangée suivante. Pour que les lames puissent être bien clipsées entre elles, vous pouvez recourir à la cale de frappe.

En ce qui concerne la dernière rangée, il est recommandé de découper les lames en longueur tout en prenant le soin de bien respecter l’espace de dilatation nécessaire. Pour les découpes ponctuelles (par exemple pour l’emplacement d’un tuyau), l’idéal est de se servir de la scie sauteuse après avoir bien relevé la côte. Une heure après l’installation de votre parquet flottant, vous pourrez ôter les cales et ensuite nettoyer les contours des murs de la pièce. Découpez par ailleurs vos plinthes et fixez-les par la suite en vous servant du mastic de colle. N’oubliez en outre pas d’installer un seuil de porte. Vous pourrez au besoin raboter le dessous.

Les finitions à choisir pour un parquet flottant

Pour offrir une excellente protection à votre nouveau parquet et également donner un plus bel aspect à votre intérieur, le choix vous est offert entre différents types de finitions. Pour trouver celle qui vous convient, il faudra toutefois penser à tenir compte de plusieurs critères. Si vous tenez par exemple à protéger l’environnement, l’idéal serait de jeter votre dévolu sur des vernis écologiques ou bien des huiles. De même, pour éviter que la finition choisie puisse avoir un impact sur votre santé, il est préférable de choisir celle qui présente une faible émission de formaldéhyde.

Peu importe la finition que vous choisissez, vous devez garder à l’esprit que votre parquet en a forcément besoin pour une efficace prévention de l’usure quotidienne.

Dans le cas où vous souhaiteriez obtenir un effet imperméable et invisible, vous pouvez décider d’appliquer en plusieurs couches un vernis. Ce type de finition est particulièrement optimal dans la mesure où il laisse le bois respirer et le protège également des éventuelles rayures. Grâce aux finitions, vous pourrez également éviter à votre sol de changer radicalement de couleur au fil des ans. En matière de vernis, le choix vous est offert entre le mat, le satiné et le brillant. Pendant que le mat offre un aspect huilé, le brillant permet d’obtenir un effet miroir. Gardez toutefois en tête que plus le vernis est brillant, plus les éventuelles rayures qui apparaitront sur le parquet seront visibles.

Pour l’obtention d’un aspect naturel sur votre parquet, il est recommandé d’utiliser de l’huile naturelle. Tout en permettant au bois de respirer, cette huile pénètre de manière profonde les fibres de votre revêtement. Vous pourrez donc le rendre moins sensible aux diverses agressions extérieures. Soulignons aussi que la possibilité vous est offerte de porter votre choix sur une finition huilée cirée beaucoup moins liquide, mais qui offre tout de même une optimale protection. Lorsque vous procédez au cirage de votre parquet flottant, vous lui offrez en outre une plus solide couche protectrice qui viendra alors remplir les pores du bois. Le rendu sera quant à lui très naturel, mais plus patiné et satiné en apparence que si vous aviez utilisé une huile naturelle. Si toutes ces options ne vous conviennent pas, alors portez simplement votre choix sur une finition durcie aux UV.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here