Le moteur de toute entreprise (peu importe sa taille) c’est bien le financement. Pour acquérir ce dernier, les entreprises ont recours à plusieurs modes de financement dont le plus usuel est évidemment le crédit bancaire. Devant la panoplie de types de crédits bancaires qui existent de nos jours, il est primordial, de les connaître afin de mieux faire ses demandes de crédit. Si on les répartit de façon globale selon leur durée, il faut déjà savoir ce qu’on entend par crédit bancaire.

Qu’est-ce qu’un crédit bancaire ?

De façon simple et basique, un crédit bancaire est un prêt d’argent accordé par un établissement bancaire à des personnes physiques ou morales. Ce prêt a pour finalité de permettre à l’entreprise de financer en temps voulu un projet ou un besoin donné tout en permettant à l’établissement bancaire de réaliser des intérêts sur son argent. Les modalités diffèrent d’un crédit bancaire à l’autre avec des facteurs comme le montant, le taux d’intérêt, l’amortissement, les conditions de remboursements, etc.

Ces modalités varient également selon l’établissement bancaire que vous choisissez. Aujourd’hui, il est même plus usuel et plus simple de faire sa demande de crédit en ligne pour gagner du temps et avoir l’occasion d’étudier plusieurs offres en quelques clics. Les crédits bancaires accordés aux entreprises se distinguent selon qu’ils soient à court, à moyen ou à long terme.

Les crédits à court terme

Les crédits bancaires à court terme sont à l’instar de leur intitulé des crédits dont la durée est inférieure à 1 an. Ayant pour vocation première de renforcer la trésorerie de l’entreprise, ils sont impérativement destinés à couvrir des besoins spécifiques liés à l’entreprise emprunteuse. On les répartit en deux sous catégories : les crédits de trésorerie et les crédits de mobilisation de créances clients.

Les crédits de trésorerie

Encore appelés « crédits d’exploitation », ces crédits peuvent être contractés uniquement dans l’intention première d’obtenir à court terme des ressources de trésorerie afin de permettre à l’entreprise emprunteuse de couvrir ses besoins d’exploitation. Les crédits qui sont généralement octroyés dans cette catégorie sont les suivants :

  • Le découvert bancaire : c’est tout simplement la possibilité pour l’entreprise d’avoir un compte courant débiteur à la banque
  • La facilité de caisse : encore appelé avance de trésorerie, il permet à l’entreprise de bénéficier d’une avance de trésorerie sur une durée très courte.
  • L’ouverture de crédit : il s’agit d’un montant plafond d’emprunt, accordé par une banque pour une durée donnée à une entreprise qui peut ainsi mettre son compte courant en situation débitrice en cas de besoin, dans la limite du plafond accordé.

Les crédits de mobilisation de créances client

Ces crédits consistent en ce que l’entreprise cède ses créances à l’établissement bancaire afin de recevoir en retour des fonds propres correspondant à la valeur des créances cédées bien évidemment avec une commission en sus. On y retrouve des crédits comme :

  • L’escompte commercial : permet à l’entreprise de céder à sa banque des effets de commerce, et d’obtenir immédiatement la trésorerie relative à ses effets sans attendre la survenance des dates d’échéance préalablement fixées.
  • L’affacturage : c’est une opération par laquelle un établissement spécialisé (le factor) prend en charge tout ou partie du recouvrement des comptes clients de l’entreprise contre une rémunération (commissions à verser au factor).
  • Le crédit ou financement Dailly : il permet de céder à la banque la totalité des moyens de règlement existants, dès lors que les factures correspondantes ont été émises.

S’ils ne sont peut-être pas très usuels, il faut tout de même noter que les crédits par signature et les crédits de financement des marchés publics sont aussi rangés dans la catégorie des crédits à court terme.

Les crédits à moyen et à long terme

Les crédits bancaires à moyen terme sont généralement compris dans une période allant de 2 à 7 ans. Lorsqu’ils excèdent cette marge (plus de 7 ans), on parle d’office de crédit à long terme. Les crédits à moyen terme servent majoritairement à obtenir le financement nécessaire pour investir en bien d’équipements ou dans la réalisation de travaux. Ceux à long terme sont majoritairement réservés aux investissements immobiliers.

En général, ces deux types de crédits bancaires sont accessibles par deux modalités d’accès. Il s’agit du crédit-bail et de l’emprunt bancaire. Chacun d’eux a ses particularités et nécessite un certain nombre de conditions pour être accessible.

Le crédit-bail

Ce type de crédit consiste à donner jouissance d’un bien donné à une entreprise contre des frais de location à payer périodiquement de façon à acheter entièrement le bien à échéance du contrat. Ce type de crédit suppose donc deux conditions majeures :

  • La remise pour location d’un bien mobilier (bien à usage professionnel) ou immobilier d’un organisme de crédit (appelé crédit-bailleur) à l’entreprise co-contractante (appelée crédit-preneur) ;
  • La possibilité pour le crédit-preneur d’acquérir entièrement ou partiellement le bien loué à échéance du contrat en tenant compte des versements effectués à titre de loyers.

L’emprunt bancaire

De façon basique, l’emprunt bancaire est une opération qui consiste à mettre à la disposition de l’entreprise une quantité importante d’argent que cette dernière s’engage à rembourser avec des intérêts adéquats en fonction des modalités contractuelles. Mais, ce type de crédit est bien plus complexe et il importe de faire la lumière sur ses éléments principaux. Le pont à travers ces quelques questions.

  • Quel montant pour un emprunt bancaire ?

Pour réaliser un prêt bancaire, le montant accordé dépendra forcément de la nature et de la taille du projet à réaliser par le demandeur. Ce montant est généralement défini grâce au business plan et analysé ensuite par l’établissement bancaire prêteur.

  • Quelle est la rémunération de la banque sur un emprunt bancaire ?

À l’évidence, il n’y a pas de prêt sans intérêt. La banque fixera donc de façon discrétionnaire un taux d’intérêt sur le capital qu’elle met à disposition de l’entreprise emprunteuse. Cet intérêt fait office de rémunération pour la banque en contrepartie du risque pris par cette dernière. Il faut d’ailleurs noter que plus risqué est votre projet, plus élevé sera le taux d’intérêt.

  • Qu’en est-il de la durée et du remboursement de l’emprunt bancaire ?

La durée d’un emprunt bancaire financier varie entre 3 et 7 années. Lorsqu’il s’agit d’un bien immobilier par contre, cette période peut s’étendre jusqu’à 15 ans au maximum.

Le remboursement du prêt est fixé préalablement à l’issue de pourparlers entre l’entreprise et la banque. Les modalités diffèrent donc considérablement d’un contrat à un autre. Des facteurs comme la taille de l’investissement ou la nature du prêt peuvent influencer ces modalités de remboursements.

Les autres classifications des crédits aux entreprises

Si selon la durée les crédits bancaires aux entreprises sont classifiés selon qu’ils soient à court, moyen ou à long terme, il existe d’autres modalités de classifications des crédits bancaires octroyés aux entreprises. En effet, ces derniers peuvent également être classifiés :

Selon la forme :

Ici, on distingue :

  • les crédits octroyés en monnaie nationale de ceux octroyés en monnaie étrangère ;
  • les crédits à amortissement constant, des crédits à annuité constante et de ceux remboursables in fine ;
  • les roll-over, des crédits permanents et de ceux octroyés sur ligne de crédit ;
  • les crédits en compte, des crédits sur contrat de prêt et de ceux obligataire.

Selon le mode de commercialisation :

Ici, les crédits sont distingués selon qu’ils soient commercialisés directement par l’établissement de crédit ou via l’intermédiaire d’un courtier en crédits.

  • La commercialisation directe : ici, l’emprunteur s’adresse directement à l’établissement de crédit pour faire une demande de crédit. Ce dernier pourra lui formuler une ou plusieurs propositions pour l’octroi du crédit demandé.
  • La commercialisation via courtiers : ce sont des intermédiaires en opération de banque et services de paiement qui procéderont à l’analyse du marché en fonction de leurs conventions avec les établissements de crédit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here