Très en vogue, la vape conquiert un public de plus en plus large. Le nombre d’utilisateurs a bondi de plus de 120 % ces trois dernières années. Vous avez aussi décidé d’essayer une vapoteuse. En effet, vous souhaitez véritablement renoncer à la cigarette et à ses plus de 4000 substances nocives pour l’organisme. Pour meilleur usage de cet équipement, vous avez choisi de comprendre son fonctionnement. Cet article vous emmène à la découverte de la cigarette électronique et de son mécanisme.

Les composants d’une cigarette électronique

Cet équipement comprend généralement 3 parties distinctes. Vous devez les connaître pour une utilisation optimale de votre cigarette électronique.

Le clearomiseur

Il représente la partie de la cigarette électronique qui comprend le réservoir et la résistance. Il se visse notamment sur la batterie. Il se démarque par sa transparence qui rend possible le contrôle du niveau de l’e-liquide. Il assure la production de la vapeur pour un fonctionnement idéal de la cigarette électronique. Il comporte plusieurs sous-ensembles.

  • Son embout, également dénommé « Drip tip », joue le rôle d’aspirateur de la vapeur.
  • Son réservoir sert de contenant pour l’e-liquide. Vous trouverez des modèles en plastique ou en verre.
  • Sa résistance, encore connue sous le thème de « tête de chauffe », présente un fil résistif et des mèches en silice ou en fibres de coton.

Certains clearomiseurs haut de gamme disposent d’une bague de réglage qui autorise l’ajustement du débit d’air.

Également appelé « Tank », le clearomiseur existe en plusieurs modèles. Ainsi, les magasins spécialisés proposent des versions avec une résistance en haut ou en bas. Certains types possèdent carrément une double résistance. Peu importe sa configuration, le clearomiseur vise essentiellement à produire de la vapeur pour le bon fonctionnement de la cigarette électronique.

La résistance

Elle constitue un élément essentiel du clearomiseur. Ce dispositif intègre deux composants qui jouent des rôles spécifiques. Le fil résistif représente la partie chauffante. Généralement en Kanthal, elle transfère l’énergie électrique à la résistance dès que vous pressez le bouton de la batterie. Lors du passage du courant, le fil résistif chauffe ou rougit compte tenu de l’intensité électrique qui le traverse. Cette dernière s’exprime en volts. La résistance dispose également d’une mèche imprégnée d’e-liquide. Celle-ci existe en fibres de silice et en coton organique. Directement reliée à la mèche, elle garantit l’évaporation de l’e-liquide suite au chauffage du fil résistif. Le positionnement de la résistance varie en fonction du modèle de clearomiseur. Certaines versions le présentent en haut du réservoir. Elles génèrent alors une vapeur plus chaude. Quant aux résistances situées en bas, elles stagnent dans l’e-liquide. Cette partie de la cigarette électronique se change fréquemment pour le bon fonctionnement du matériel. La pratique recommande son remplacement dès que vous utilisez 5 flacons de 10 ml. Plusieurs modèles de résistances existent. Ils varient selon le clearomiseur retenu.

La batterie

Elle représente l’élément central d’une cigarette électronique. Elle rend disponible l’énergie nécessaire pour une évaporation de l’e-liquide. Elle constitue la source électrique d’une vapoteuse. Les magasins spécialisés proposent une large gamme de batteries. De type Li-Ion, elles se révèlent rechargeables. Elles disposent d’un interrupteur ou « switch » en anglais. Ce dernier alimente la résistance en électricité dès que vous y pressez. La capacité des batteries diffère en fonction des modèles. Vous pouvez en trouver de 650mAh, 900, 1300, 2200 mA, etc. Une batterie eGo de 650 mAh permettra de vaporiser un équivalent de 10 cigarettes. Mais, cette estimation varie selon le claeromiseur utilisé. Le choix de votre batterie doit donc prendre en compte votre profil de fumeur. Si vous pouvez terminer 1 paquet de cigarettes quotidiennement, une batterie de 650mAh se révèlera insuffisante pour vapoter à volonté durant une journée. Les batteries dénommées « Box » demeurent les plus performantes. De forme rectangulaire, elles présentent une autonomie importante et fournissent un excellent confort de vape.

Le mécanisme de vapotage

Le fonctionnement d’une cigarette électronique repose essentiellement sur les trois composants énumérés ci-dessus. Le principe demeure assez simple. L’utilisateur appuie sur l’interrupteur de la batterie. Cette dernière alimente en énergie la résistance qui assure le chauffage de l’e-liquide disponible dans le claearomiseur. Après aspiration, l’e-liquide vaporisé se métamorphose en vapeur. Celle-ci présente une grande similitude avec la fumée d’une vraie cigarette. Ladite vapeur procure à l’utilisateur des sensations proches de celles qu’il éprouve lorsqu’il fume. Ce dernier ressentira le fameux « hit ». En définitive, le mécanisme se révèle assez simple. Vous appuyez sur l’interrupteur de la batterie et aspirez simultanément sur le claeromiseur pour inhaler de la vapeur. Vous inspirez doucement, mais plus longtemps, pendant environ 4 à 8 secondes pour obtenir des sensations exceptionnelles. Patientez quelques secondes avant de reprendre le processus pour permettre à votre matériel de refroidir. La simplicité d’utilisation des cigarettes électroniques explique en partie leur succès. Ces équipements représentent une alternative de qualité pour les fumeurs de cigarettes qui souhaitent arrêter d’absorber quotidiennement des substances nocives. La grande majorité des batteries se révèlent manuelles. Vous devez donc presser en continu sur leur interrupteur pour chaque bouffée.

Le vapotage automatique

Certaines cigarettes électroniques présentent des batteries automatiques. Leur fonctionnement se révèle encore plus simple. L’utilisateur aspire seulement sur son équipement pour déclencher le processus. Dans ce cas, il n’aura pas à appuyer sur un quelconque interrupteur de batterie. Peu importe le type de vapoteuse retenue, la vapeur inhalée comporte du glycérol et du propylène glycol. Elle ne contient aucune trace de monoxyde de carbone. Cela demeure le principal atout des cigarettes électroniques. Par ailleurs, la plupart des vapoteuses présentent une diode. Cette dernière s’allume automatiquement dès que le mécanisme de vaporisation se met en marche. Après l’utilisation de votre cigarette électronique, vous n’obtenez aucun résidu de cendres. Cela s’explique par une absence totale de combustion dans le procédé.

Comment choisir votre vapoteuse ?

Pour débuter la cigarette électronique, privilégiez les modèles Clearomiseur pourvus d’un système de remplissage Tank. Ils procurent une sensation dans la gorge assez proche de celle d’une cigarette réelle. De nombreuses études recommandent des cigarettes électroniques de deuxième et troisième générations pour un sevrage tabagique réussi. En effet, ces dernières délivrent un taux plus élevé de nicotine. Lorsque vous comptez arrêter de fumer par le biais d’une vapoteuse, le choix de votre matériel revêt une importance capitale. Les utilisateurs expérimentés peuvent essayer les cigarettes électroniques modifiées (mods). Avec ces modèles, vous pouvez obtenir plus de vapeur grâce à leur puissance modulable. Cette dernière dépend essentiellement du voltage et de l’ampérage de la batterie. Elle reste aussi liée à la résistance électrique de l’atomiseur. Généralement, les mods confèrent une plus grande autonomie. Vous pouvez les utiliser pendant plusieurs heures, voire une journée entière. Vous bénéficiez d’une vapeur plus dense et plus importante. Bien évidemment, ils fournissent plus de nicotine.

En général, vous n’identifiez la cigarette électronique qui vous convient réellement qu’après avoir essayé plusieurs modèles. Pour opérer un choix performant, lisez attentivement la fiche produit du matériel qui vous intéresse pour vérifier s’il répond à vos attentes. La plupart des passionnés de cigarettes électroniques disposent de plusieurs vaporeuses et de nombreux e-liquides. En fonction des sensations recherchées, ils n’hésitent pas à les varier. Ne paniquez donc pas si la première expérience se révèle décevante. Testez un autre modèle jusqu’à adopter un style propre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here