Taille du texte [ - ] | [ + ] Un site du Conseil Général du Calvados
Calvados Strategie
  • Découvrir la vie économique du Calvados
  • S'informer sur l'actualité économique du Calvados
  • Explorer les Zones d'Activités du Calvados avec ZACAL
  • Bourse des locaux. Immobilier d'entreprise Calvados Normandie Caen. Vendre, louer bureaux, entrepôt
  • Portraits d'entrepreneurs du Calvados. Présentation de chefs d'entreprises de Normandie.
  • S'implanter dans le Calvados, l'accompagnement de Calvados Stratégie

La vie économique du Calvados Portraits d'entrepreneurs du Calvados
Contact
Version anglaise Version française Version version chinoise
 
Accueil > Portraits > Cantrel

Astrid Cantrel, maréchal-ferrant


Un métier dur comme fer

Mis en ligne : mars 2014
Astrid Cantrel, maréchal-ferrant Si son métier ne s'accorde pas au féminin, Astrid Cantrel figure tout de même parmi les premières femmes maréchaux-ferrants. Installée à Danestal, l'Augeronne exerce son métier avec passion depuis 18 ans dans le Calvados, qu'elle considère comme LA terre du cheval en France.

Un père policier, une mère couturière, aucun lien avec le monde équestre hormis sa naissance à Deauville, rien ne prédestinait Astrid Cantrel à devenir l'une des premières femmes maréchaux-ferrants : "Ma passion pour les chevaux remonte à l'enfance. Comme beaucoup de petites filles, j'étais passionnée par les chevaux". Sans goût pour les études, Astrid Cantrel est alors poussée par ses parents à se confronter à la réalité des métiers équestres et à mesurer le gap qui la sépare des affiches punaisées dans sa chambe. "Je soupçonne mes parents d'avoir voulu me dissuader, voire m'écœurer face à l'exigence des métiers équestres". Perdu.

Souhaitant d'abord devenir palefrenierière, Astrid Cantrel est mise sur la piste du métier de maréchal-ferrant. Une révélation : "J'ai alors eu la chance d'être prise en apprentissage par Jean Cantrel, le maréchal-ferrant qui exerçait sur mon lieu de stage. Une audace à une époque où ce métier était encore exclusivement masculin". C'est donc au sein de la Maréchalerie Cantrel et Fils qu'elle se forme. C'est aussi là qu'elle rencontre son mari, Pierre.

Astrid Cantrel apprend le métier et commence à bâtir son expertise : "Chaque pied de cheval est différent. Le maréchal-ferrant doit s'appuyer sur son expertise et son expérience pour déceler les anomalies et les corriger". Le rapport de confiance entre le maréchal-ferrant et le propriétaire est alors fondamental, a fortiori lorsque ce sont des chevaux de courses qui passent entre les mains d'Astrid Cantrel. "Si on fait une erreur au moment de parer ou de ferrer un pied, on peut empêcher le cheval de prendre le départ d'une course, voire ruiner sa carrière. On travaille avec du vivant, notre rôle est éminemment important avec un aspect technique mais aussi une grande part d'inné".

Cette confiance est le socle de la fidélité de la clientèle de la Maréchalerie Cantrel et Fils : "Un de mes clients souhaitait ainsi que je m'occupe de ses chevaux à Marseille et en Angleterre. Pour autant, la concurrence se fait aujourd'hui de plus en plus rude. A l'époque où mon beau-père exerçait, il y avait 5 maréchaux-ferrants dans le Calvados. En effet, pendant que les chevaux de trait étaient remplacés par les tracteurs dans les exploitations agricoles, les maréchaux-ferrants devenaient mécaniciens. Aujourd'hui, le métier séduit davantage, surtout dans le Calvados, l'épicentre du cheval en France". Pourtant la maréchalerie est physiquement exigeante et l'espérance de carrière d'un maréchal-ferrant ne dépasse que rarement 18 ans : "Entre les coups et l'usure physique, les risques sont grands." Si Astrid Cantrel est encore vaillante, Pierre a dû lui renoncer à cause d'une hernie discale. "C'est un métier qu'on ne peut exercer que par passion des chevaux. Le fait de travailler dans une chaîne professionnelle pour amener du bien-être et de la performance aux chevaux est également vraiment gratifiant".

La Maréchalerie Cantrel et Fils réalise un chiffre d'affaires d'environ 100 000 € auprès des haras, des centres équestres et des particuliers. Si Astrid et Pierre Cantrel ont par ailleurs développé une activité touristique parallèle "pour assurer les vieux jours", Astrid Cantrel s'épanouie également grâce à un talent bien particulier : "Je crée des objets forgés à partir d'anciens fers". La passion de la maréchalerie et du cheval, jusqu'au bout.

www.astridcantrel.fr

 
Entrepreneurs du Calvados Consultez tous les portraits des ambassadeurs du Calvados
Actualites economique du Calvados
Retrouvez toute l'actualité de Calvados Stratégie


Info economique du Calvados
Voir la lettre mensuelle
Abonnez-vous


Actualites economique du Calvados
Caroline SALLE, créatrice de "Lunettes à domicile"
Une jeune entrepreneuse lance un concept innovant dans le Calvados
Imprimer   Facebook   Twitter Viadeo PDF
 
Calvados Strategie - Agence de développement économique du Calvados - Caen - Normandie - Tél. 02 31 15 62 70

› Implanter son entreprise

› Les missions de Calvados Stratégie

› Les outils de Calvados Stratégie

› Les aides financières

› Réussir votre implantation

› Trouvez votre local professionnel

› Les zones d’activités du Calvados

› Communiquez sur votre entreprise

› Le Conseil Général du Calvados  

› L’économie du Calvados

› Bien vivre dans le Calvados

› Commnuniquer dans le Calvados